quefairefinwindows10 logo

Depuis la sortie de Windows 11 fin 2021, de nombreux utilisateurs de Windows 10 se posent la question de la mise à niveau car Microsoft a défini des exigences matérielles assez strictes pour Windows 11, ce qui fait que beaucoup de PC parfaitement fonctionnels sous Windows 10 ne sont pas compatibles sous Windows 11.

On estime qu'environ la moitié des PC sous Windows 10 ne peuvent pas passer à Windows 11 en l'état et cette situation pose un dilemme pour ces utilisateurs.

  • Faut-il rester sur Windows 10 pour le moment, malgré ses limitations et son support amené à s'arrêter dans quelques années ?
  • Faut-il envisager une mise à niveau matérielle coûteuse pour pouvoir installer Windows 11 ?
  • Faut-il explorer des solutions alternatives comme le contournement ou le passage à un autre système d'exploitation ?

Dans cet article, nous allons détailler les options possibles et essayer de trouver un choix adapté à chaque situation.

 

 

1 - Rester sur Windows 10

 

quefairefinwindows10 01

Pour commencer, la solution la plus simple et économique à court terme est de rester sur Windows 10. Ce système continuera d'être supporté par Microsoft jusqu'en octobre 2025, ce qui laisse encore quelques mois de répit.

Les avantages de cette option sont évidemment qu'elle n'entraîne aucun coût supplémentaire et qu’on peut continuer à utiliser son PC actuel sans difficulté particulière. Windows 10 reste un excellent système d'exploitation stable, sécurisé et performant pour la majorité des usages courants.

Cependant, rester sur Windows 10 comporte aussi des inconvénients non négligeables à long terme. Au fil des années, il ne sera plus possible de profiter des dernières nouveautés apportées par Windows 11 et les applications, jeux ou pilotes  récents pourraient ne plus être compatibles. La sécurité deviendra un problème important après l'arrêt du support.

Quelques optimisations et réglages pourront aider à booster les performances et l'autonomie du PC sous Windows 10, comme la désactivation des effets visuels superflus ou le réglage des options d'alimentation et la virtualisation pourra être une solution envisageable et intéressante pour exécuter ponctuellement des applications Windows 11 sur un Windows 10. Cependant Mais il faudra bien envisager de passer à autre chose avant 2025 pour rester à jour en termes de sécurité et de compatibilité logicielle.

Si vous êtes un inconditionnel de Windows 10, il sera cependant possible de continuer d’utiliser Windows 10 en toute sécurité encore 3 ans après 2025 en s’abonnant au programme ESU (pour Extended Security Updates). Vous recevrez une clé qui permettra de recevoir des mises à jour de sécurité de Windows 10.

Le cout de cet abonnement est annoncé de 61 $ la première année, de 122 $ la 2ème année et de 244 $ la troisième année. Un abonnement ne concernera qu’un ordinateur et il faudra souscrire autant d’abonnements que de machines concernées. De plus si vous ne souscrivez cet abonnement que la 2ème ou 3ème année il faudra quand même payer l’année ou les 2 années précédentes. Des réductions seront néanmoins possibles pour les entreprises.

 

 

 

2. - Faire une mise à niveau matérielle pour Windows 11

 

quefairefinwindows10 02

Pour mettre à niveau son PC actuel vers Windows 11, la première étape est de vérifier précisément quels composants ne remplissent pas les prérequis requis par Microsoft. Ceux-ci

sont assez clairs :

  • Processeur datant de 2017 minimum et supportant les instructions AVX2, GBDT, etc.
  • Module de plateforme sécurisée (TPM) version 2.0 activé
  • Puce de sécurité avec démarrage sécurisé UEFI activé
  • Au minimum 4 Go de RAM et un stockage de 64 Go

Les principaux points bloquants rencontrés sont généralement :

  • Un processeur trop ancien (la majorité des processeurs sortis avant 2018 ne sont pas compatibles)
  • L'absence d'un module TPM 2.0 (puce de sécurité)
  • Le non-support du démarrage sécurisé UEFI

Une fois ces points identifiés, deux options sont possibles :

Option 1 : faire une mise à niveau matérielle complète. C'est l'option la plus coûteuse mais aussi la plus simple et durable. Cela consiste à acheter un tout nouveau PC déjà compatible avec Windows 11 et avec des composants récents (processeur, carte mère, mémoire vive, etc.).

Le budget à prévoir varie grandement selon vos besoins mais comptez au minimum 600-700€ pour un PC de bureau correct ou 800-900€ pour un bon PC portable. Les PC modernes sont aussi généralement plus performants, économes en énergie et avec de meilleures fonctionnalités (écran, stockage, etc.).

Vous serez alors assuré d'avoir un système à jour, performant, sécurisé et une machine récente pouvant tenir quelques années. Le surcoût par rapport à une mise à niveau partielle peut en valoir la peine surtout si vous n'avez pas les compétences techniques.

Option 2 : faire une mise à niveau partielle. Il est tentant d'essayer de ne changer que le strict nécessaire pour être compatible Windows 11 et réduire les couts. Par exemple on ne changera que le processeur et la carte mère si c'est le composant bloquant. Cette option est réalisable mais elle nécessite des compétences techniques pour la réalisation et le choix des références  des composants à changer. Il faudra en particulier :

  • Vérifier précisément la compatibilité des nouveaux composants avec le reste de la configuration (carte mère, CPU, mémoire, boîtier, etc.) et examiner la possibilité que d'autres composants doivent être changés par effet domino. Par exemple, le remplacement du processeur nécessitera probablement le changement de la carte mère et un processeur récent aura également des besoins différents en alimentation et refroidissement. Pour finir, le gain par rapport à un renouvellement complet pourra être limité.
  • Prévoir des réglages éventuels du BIOS/UEFI pour activer les options requises (TPM, Secure Boot)
  • Avoir les compétences techniques pour effectuer soi-même les remplacements sans risque

Le budget estimé pour une mise à jour du processeur/carte mère se situe aux alentours de 300-400€ pour des composants d'entrée de gamme récents et compatibles Windows 11.

Cette possibilité est une option intéressante pour une configuration récente, mais elle est à  étudier au cas par et doit tenir compte de son niveau de compétences techniques.

 

 

 

3. - Contourner les restrictions de Windows 11

quefairefinwindows10 03

Si une mise à jour matérielle apparait comme trop coûteuse, une autre possibilité est de contourner les restrictions de Microsoft et installer Windows 11 sur un PC réputé incompatible.

Cette méthode est possible mais n'est pas recommandée par Microsoft qui met en garde contre les potentiels problèmes de stabilité, de performances et de sécurité sur des configurations non validées.  Le support technique de Microsoft pourrait aussi refuser d'intervenir en cas de souci.

Par ailleurs Microsoft ne garantit pas qu’à l’avenir des incompatibilités et des impossibilités de mises à jour puissent se produire.

Aujourd’hui, de nombreux utilisateurs font part d'une expérience globalement satisfaisante après avoir installé Windows 11 sur un PC avec des spécifications légèrement inférieures à celles de Microsoft. Les principaux problèmes et risques concernent surtout les configurations trop anciennes et obsolètes.

Pour réaliser une installation de Windows 11, il faudra :

  • Télécharger l'outil de création de média d'installation Windows 11.
  • Créer une clé USB/DVD bootable avec cet outil.
  • Appuyer sur les touches SHIFT+F10 au lancement de l'installation pour accéder à une invite de commande.
  • Taper la commande Dism /online /Set-CurrentProductKey:PRODUCTKEY pour contourner la vérification. "PRODUCTKEY" sera à remplacer par la valeur d’une clé Windows 11 valide ou de la clé Windows 10 actuelle.
  • Poursuivre l'installation après un redémarrage.

D'autres techniques comme modifier le registre ou un script .cmd existent aussi. Ainsi à la place de saisir la commande Dism et ses paramètres, il est possible d’agir directement sur la base de registre à partir de l’invite de commande :

  • Taper la commande : regedit
  • Rechercher la clé HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\Setup\MoSetup
  • Créer une nouvelle clé 32 bits "AllowUpgradesWithUnsupportedTPMOrCPU" et mettre la valeur 1.

Attention cette méthode de contournement fonctionne aujourd’hui mais pourrait être bloquée par Microsoft à l'avenir à l’occasion d’une mise à jour. Elle nécessite de disposer d'une clé Windows 11 valide. Bien que fonctionnelle pour l'instant, cette méthode de contournement pourrait être bloquée par Microsoft à l'avenir à l’occasion d’une mise à jour. Elle comporte donc des risques de stabilité, de sécurité et doit être plutôt réservée aux utilisateurs avertis.

Une solution très intéressante est de créer une clé USB d’installation de Windows 11 avec le logiciel Rufus pour un PC qui ne dispose pas de TPM et de Secure Boot. Lors de la création de cette clé, Rufus permet de désactiver au choix des prérequis comme l’absence du démarrage sécurisé; du TPM ou la nécessité de posséder un compte Microsoft pour l’installation de Windows 11. Voir cet article sur notre site  : Créer une clé USB démarrable avec Rufus

Finalement, le contournement reste une possibilité qui pourrait bien fonctionner mais qui comporte des inconnues et des risques à long terme. Elle est à envisager en dernier recours si vous n'avez pas les moyens de mettre à niveau le matériel.

 

 

 

4. - Choisir une alternative à Windows

quefairefinwindows10 04

La dernière option à envisager est tout simplement d'abandonner Windows et d'opter pour un autre système d'exploitation sur son PC actuel. Cela évitera d'avoir à changer de machine ou faire une mise à niveau coûteuse.

Linux est le choix souvent recommandé. L'avantage des distributions Linux comme Ubuntu, Linux Mint ou Fedora est qu’elles sont gratuites, légères, sécurisées et peuvent tourner sur du matériel ancien. Elles sont également respectueuses de la vie privée et ne sont pas avides de vos données comme Google ou Microsoft.

Le problème principal sera de pouvoir faire éventuellement tourner quelques logiciels  Windows que vous jugerez incontournables ou de trouver des équivalents sous Linux.

L’apprentissage d’un nouvel OS et d’un nouvel environnement peut aussi être un peu difficile  au début. De plus en plus d'utilisateurs ont franchi le pas vers Linux ces dernières années et ne le regrettent pas.

Chrome OS est une autre alternative de plus en plus populaire. Ce système d'exploitation de Google initialement conçu pour les Chromebooks tourne désormais aussi sur de nombreux PC en offrant une expérience similaire à un Chromebook. L'avantage est qu'il est léger, sécurisé et est compatible avec la plupart des applications Android en plus des applications web. Il fonctionne cependant en majeure partie en ligne et dans le cloud. Son environnement de bureau est plus limité que Windows. Cette option est intéressante pour un usage principalement web et mobile.

Plusieurs solutions existent pour installer Chrome OS sur la plupart des PC, par exemple avec la distribution CloudReady. Le PC doit disposer cependant d’un minimum de 2 Go de RAM et d’un processeur 64 bits assez récent.

 

 

 

5. – En guise de conclusion

En conclusion de ce petit tour d'horizon, on voit qu’il n'y a pas de solution miracle avec un  PC non compatible avec les prérequis de Windows 11. Chaque option a des avantages et des  inconvénients qu’il faut bien peser.

  • Rester sur Windows 10 est envisageable à court terme mais au prix de limitations futures voire d’un abonnement au programme « Extended Security Updates ».
  • La mise à niveau matérielle reste une possibilité intéressante mais nécessite un budget qui n’est pas négligeable.
  • Le contournement permet d'installer Windows 11 à moindre coût mais avec des risques.
  • Les alternatives comme Linux ou Chrome OS sont à considérer si on n’a pas besoin de logiciels Windows indispensables.

Aucun commentaire

Chaine Youtube

icon youtube

X (Twitter)

icon Xtwitter

FaceBook

icon facebook

We use cookies
Ce site utilise des cookies. Certains sont essentiels au fonctionnement et d’autres peuvent être placés par des services externes (captchas) intégrés. Vous pouvez décider d'autoriser ou non les cookies. Si vous les rejetez certaines fonctionnalités seront désactivées comme par exemple les vidéos YouTube et des problèmes d'authentification pourront alors survenir.